L’instauration du contrôle de la pollution numérique

0
98

Tout le monde est aujourd’hui conscient, aussi bien les grosses entreprises dans le secteur, que les utilisateurs en fin de chaîne, que les activités digitales ont des impacts négatifs sur l’environnement. Tous ces acteurs du domaine numérique sont mobilisés pour réduire cette pollution et des agences de communication print proposent actuellement des outils technologiques permettant d’aller dans ce sens.

La pollution environnementale du digital va en s’accroissant

Le recours au numérique a fait ses preuves dans l’accroissement des performances des entreprises si bien que son utilisation est de plus en plus sollicitée et va en augmentant. Le numérique est partout dans la vie quotidienne de l’homme et personne ne peut plus s’en passer, les entreprises comme tout aussi bien les particuliers.

Or des études ont démontré que la production d’environ 5% des gaz à effet de serre sur le plan mondial est la conséquence des activités digitales dans toute sa globalité. Il y a également l’émission de carbone provoquée par l’utilisation de l’électricité pendant les connexions internet et les activités du big data des entreprises.

Une première action : mesurer l’impact écologique des activités digitales des utilisateurs

En attendant la mise en oeuvre des différentes stratégies pour lutter contre cette pollution numérique, des actions concrètes peuvent être déjà entreprises. La première concerne la mesure de l’impact écologique du numérique. Cette dernière est surtout destinée pour les entreprises ou les entités à utilisation massive du digital.

Une autre action également entreprise est la mesure de l’empreinte carbone des divers médias existants comme la télévision, la radio, le numérique, le cinéma, l’affichage,…en renfort des services de print management, qui est effectuée par différents acteurs même du domaine digital. D’autres actions de vérification des impacts des activités numériques en ligne sont aussi proposées à l’instar de Google pageSpeed Insights qui peut réduire l’impact environnemental en améliorant les performances des pages web.

Une éducation de masse nécessaire

En parallèle à ces actions de mesure et de contrôle des conséquences du digital sur l’environnement, il faudrait mener également des campagnes de sensibilisation auprès de tous les utilisateurs. De nos jours, des formations dans le secteur du numérique sont disponibles dans les grandes écoles pour aller dans ce sens.

Tout le monde est responsable devant cette pollution numérique galopante, aussi bien les particuliers, que les fournisseurs supports communication, que les organisations diverses, etc. Comme action concrète, on peut par exemple citer pour les propriétaires de sites web, de choisir des formats de pages et d’images qui peuvent se charger rapidement et pour les utilisateurs de l’internet au quotidien, de désactiver la lecture automatique de vidéos,….