Masque chirurgical ou masque en tissu, lequel choisir ?

0
26

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, le masque est devenu un accessoire indispensable de notre quotidien. Certains le préfèrent en tissu, d’autres ne jurent que par le masque chirurgical. Nous avons comparé mes deux modèles sur les critères importants de cette protection afin de guider le choix des utilisateurs.

Le masque chirurgical est plus efficace et plus confortable

D’après de nombreux professionnels de santé, le masque chirurgical l’emporte à la fois sur la question de l’hygiène et celle de l’efficacité. En effet, conforme à la norme EN 14 683, il a la capacité de filtrer 95 % des particules de 3 microns et plus, contre 70 et 90 % pour le modèle en tissu. Il faut néanmoins le porter correctement, sans dépasser 4 heures d’utilisation d’affilée, à condition qu’il ne soit pas trop humide.

Bien que plus esthétique avec un large choix de motifs et même la griffe de grandes maisons de couture, le masque en tissu est un véritable accessoire de mode. Toutefois, lorsque le mercure grimpe, le masque chirurgical, plus léger et moins contraignant, a la faveur de la majorité.

Le masque en tissu est plus économique et plus écologique

Le masque en tissu normé pouvant être lavé jusqu’à 30 fois, à raison de 6 euros pièce, la dépense totale mensuelle s’élève à 12 euros pour une personne et à 96 euros pour une famille de 4. En comparaison, le budget grimpe à 134,40 euros par mois pour un couple avec deux enfants qui opte pour des masques chirurgicaux jetables, sachant qu’une pièce coute 50 à 60 centimes, et que le port est limité à 4 heures consécutives.

Par ailleurs, en attendant la mise en place de filières de recyclage pour le plastique du masque chirurgical, le masque en tissu lavable et réutilisable est moins polluant.

Quelques précautions restent de mise malgré le masque

Pour éviter de contaminer le masque, il faut avoir les mains bien propres (lavées au savon ou gel désinfectant) et ne manipuler que les élastiques pour le positionner, ou à l’inverse, pour le retirer et le placer dans une poubelle dédiée ou dans la machine à laver. Le masque doit couvrir le visage du nez au menton en minimisant les interstices entre la peau et l’air extérieur, et le cas échéant, avec les lunettes placées par-dessus.

En outre, même en portant un masque, le respect des gestes barrière (se laver fréquemment les mains, éternuer ou tousser dans son coude) et d’une distance physique d’au moins un mètre reste indispensable.